Avis aux amateurs!

 

La cie de théâtre a l'Art Bordage, vous propose des cours de théâtre à partir du mois d'octobre:

le lundi de 19h à 21h à la MEJE (Mens)
le mardi de 19h à 21h à la Grange (Percy) puis au Poulailler!
le mercredi de 19h à 21h au Granjou (Monestier de Clermont)

Les ateliers du Poulailler, laboratoire d’imagination

Le but ultime de notre enseignement est de permettre au stagiaire de devenir son propre maître.

Nous privilégions la formule stages afin que le stagiaire puisse d’un stage à l’autre gérer lui-même sa progression, digérer l’information, l’adapter à ce qu’il fait, le tester en public et redéfinir plus précisément ce qu’il vient chercher ici.

 

Il existe autant de styles de solos qu’il y a d’individus et dépendamment des choix qu’il fait, le stagiaire peut, à mesure qu’il comprend et maîtrise le vocabulaire, décider des formations qu’il prendra.

Nous essayons par ce programme d’ouvrir à chacun le plus de possibilités et non de former le soliste parfait.

 

Le soliste étant pour nous un style et non un personnage.

 

C’est ce qui se dégage de l’individu, ce qui lui est unique, c’est aussi une forme de charme qui reste enfoui au fond de nous et qui ne demande qu’à sortir au grand jour. Ce constat nous l’avons fait durant la première

édition du festival « la faim du haricot solitaire » et cette impression c’est révélée exact pour les éditions suivantes. Nous avons interroger chaque participant et tous ont ressenti la même sensation de bien être,

de l’avoir fait de s’être exprimer, c’était pour eux comme une catharsis, une très forte décharge émotionnelle bienfaisante pour soi même mais aussi pour les autres, une sorte de communion autour de

l’individus exprimant sur scène sa singularité et son unicité.

 

Ce besoin d’être vu pour soi, par soi et à travers soi est essentiel à l’humain contemporain pour l’urbain comme pour le citadin.

Ce fragment de gloire mérite suffisamment notre attention pour le chercher de façon formel, technique et réfléchit durant les stages que nous proposons. .

Il est présent - ou peut l’être - dans toutes les sphères du spectacle vivant que nous avons définies comme le prétexte. Tous les stages abordent les conflits naissant entre le soliste et le prétexte : théâtre, musique, danse,clown, comte, poème, chant, cabaret, pamphlet, etc.…)

 

Face au public, le soliste doit être présent et prétendre un savoir faire.

Il va montrer au public (qui souvent le connaît en tant que personne sociale : artisan, paysan, fonctionnaire,père ou mère de famille, commerçant, etc.

Et cela particulièrement en milieu rural où la compagnie « à l’art’Bordage » a décidée de continuer son aventure artistique et culturelle en lien direct avec le milieu d’où elle est issue à savoir : le peuple.

Il peut ainsi montrer le décalage qui existe entre ce qu’il est dans la vie de tous les jours et ce qu’il est sur scène. Et c’est justement ce décalage que nous proposons d’étudier avec nos stagiaires.

Certains stages l’abordent en favorisant le développement du prétexte tandis que d’autres favorisent le développement des personnages.

 

Les scénarios de « solo», comme nous le concevons, consistent à bien mettre en valeur les rapports qui existent entre l’individu,le prétexte, le cas échéant le partenaire (instrument de musique, comédien, vidéo etc.)

et le public. Le rapport au public est directement lié au prétexte tandis que ses rapports au prétexte et au partenaire sont instinctivement liés à ce qu’il est. Vu le nombre incalculable de possibilités qu’une telle

démarche présuppose, il est très important que le stagiaire puisse faire le tri et orienter ses choix selon ses aspirations et ses qualités personnelles.

 

Nous partons du fait que la personne sait toujours ce qu’elle fait et que l’acteur en scène doit laisser s’exprimer l’individu afin de le conscientiser pour mieux l’habiter et permettre de lui écrire un jeu naturel et précis qu’il pourra déborder au fur et à mesure qu’il jouera. C’est pour cela que ces stages s’adressent principalement à des amateurs afin de servir les ressources locales qui sont souvent tellement surprenantes

Ces stages d’écriture et de création sont là pour inciter le stagiaire a trouver sa propre méthode d’écriture qui tienne compte de ces trois éléments essentiels soit : le moi en tant que personne, le personnage et l’auteur.

 

Nous savons tous que l’apprentissage de l’art du « solo » est un travail de longue haleine qui demande au formateur de s’adapter à chacun et de connaître le tempérament du territoire afin de l’aider dans ses choix et

de l’accompagner dans ses aspirations qui régissent le parcours de la formation et rendent les niveaux complètement aléatoires – Dépendamment de ses choix et indépendamment de ses difficulté d’apprentissage, nous nous engageons à accompagner les stagiaires aussi longtemps et aussi loin qu’ils le désirent.

 

Gilles Bouvier